Accueil » Vivre à l'étranger » Le syndrome post-Erasmus

Le syndrome post-Erasmus

GenerationVoyage


etudiant bilanQu’est-ce que ça encore? Pour partir étudier à l’étranger il a fallu des mois de préparation, beaucoup de stress et de travail pour apprendre la langue, et maintenant que je me suis bien amusé et que je suis triste de quitter tous mes amis Erasmus, qu’est-ce qu’il va encore m’arriver?

Et oui le moment est venu de faire le bilan…Malheureusement, on ne pense pas souvent à l’après-Erasmus. On ne s’en vraiment compte que quand tout est finit…

Le syndrome post-Erasmus

Erasmus (ou toute période d’études à l’étranger en général) se termine, voilà. Il vous faut rentrer chez vous. Vous rentrez donc à la maison, dans votre appartement pour les plus chanceux et chez vos parents pour les autres. Là commence en général une étape difficile de votre vie…Bien sur, cela dépend de votre caractère et de votre période d’étude mais en général, vous ne mettrez pas longtemps à vous ennuyer, à chercher désespérément une activité qui vous fasse penser à votre périple…

« Je suis Erasmus »

Qu’il est dur de se passer du statut : « Je suis Erasmus », la phrase qui rendait tout facile et qui vous rendait la vie plus facile. Vous êtes redevenu un étudiant normal, parlant la même langue que les autres. Qu’il est dur de se passer de ce grain de folie qui anime les étudiants étrangers tout au long de l’année et qui vous a fait faire de nombreuses choses que vous ne referiez surement pas chez vous…

La déprime

Et c’est dans ce contexte là que de nombreux étudiants dépriment, deviennent nostalgiques, ne sortent plus voyant que les soirées auxquelles ils participent sont bien fades comparées à celles qu’il a vécu avec tous ces gens si sympathiques…Les autres Erasmus? Dispersés partout en Europe, vous ne pourrez surement pas les revoir dans les mêmes conditions qu’avant…Et le pire évidemment, personne ne te comprend quand tu laisses échapper une exclamation dans la langue que tu as apprises et personne ne relève quand tu parles de ton plat favori ou de ta musique préférée dans ton pays d’accueil…

…le syndrome post-Erasmus peut être pour certain assez pesant car le retour à la réalité ne se passe pas toujours bien.

Les remèdes

Mais que faire pour éviter ça?

Il faut déjà savoir que le syndrome post-Erasmus ne touche pas tout le monde. De nombreux étudiants rentrent de leur période d’études à l’étranger sans aucune difficulté et reprennent leurs petites habitudes comme si de rien était. Mais pour les plus attachés à leur pays d’accueil le retour est plus dur…Mais pas insurmontable.

Sortez ! Ne laissez pas l’ennui vous gagner et appeler vos amis, parents, bougez, racontez votre vie Erasmus avec vos amis et faites la fête pour votre retour !

Continuez votre Erasmus ! Quoi? Erasmus est finit alors on laisse tout derrière? On oublie? Pas du tout, continuez à entretenir des liens avec les gens que vous avez rencontré là-bas, continuez à vous informer sur votre ville d’accueil et à lire des journaux ou des sites dans la langue que vous avez apprise par exemple.

Transmettez ! Ce n’est pas parce qu’Erasmus est finit qu’il faut que vous redeveniez le même qu’avant. Non. Vous avez changé? Hé bien servez-vous de ce que vous avez pris dans votre vie de tous les jours, mettez à profits vos expériences de quelques manières que ce soit…Utilisez votre bonne humeur caractéristique des étudiants à l’étranger même chez vous…Et pourquoi pas, occupez-vous des étudiants étrangers de votre ville, un très bon moyen pour oublier que tout est revenu à la normale…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Generation Voyage
Revenir en haut de la page