vendredi , 21 juillet 2017
Accueil » Actualités voyage » S’expatrier en Grèce

S’expatrier en Grèce

GenerationVoyage


Dans le contexte économique actuel, s’expatrier en Grèce n’est peut-être pas le premier réflexe du jeune travailleur/étudiant.

S'expatrier en Grèce

Mais après tout pourquoi pas? L’économie de la région grecque ne restera pas indéfiniment en crise et c’est un pays qui sera amené plus tard à prendre un essor économique important.

La Grèce est un pays qui attire par son climat, sa culture et son histoire. Après tout, la Grèce est un des fondateurs historiques de l’Europe occidentale. Les français sont nombreux à vivre en Grèce. J’ai rencontré Pauline grâce à son blog, expatriée en Grèce qui a répondu à quelques questions pour etudier-voyager.fr :

-Qu’est-ce qui vous a amené à Athènes et que faites-vous dans la capitale grecque?

Mes parents m’ont toujours beaucoup parlé de la Grèce, leur destination préférée lorsqu’ils avaient mon âge (la vingtaine). Je me souviens de soirées passées par terre à regarder leurs photos de vacances qu’ils projetaient sur le mur du salon…

Il y a quatre ans, j’y suis partie avec une amie, sacs au dos pour une semaine de rêve. Il faisait très chaud, les gens étaient absolument charmants, chaleureux. Les paysages sublimes, Athènes une ville pleine de vie. J’ai eu un coup de coeur pour ce pays et la chance le même été d’y repartir pour trois mois comme fille au pair. J’ai alors pu visiter davantage Athènes, je me suis rendue à Corfou, à Spetsès avec la famille. J’ai voyagé seule dans les Cyclades. Un des plus forts voyages de ma vie.

Cette année j’ai eu l’opportunité de retourner en Grèce pour une année entière cette fois. J’enseignais le français dans un collège public : j’étais assistante comenius. Personne n’a compris pourquoi je souhaitais partir en Grèce, la crise y étant déjà bien présente mais je voulais revoir ce pays, apprendre à mieux le connaître, profiter de toutes ces richesses incroyables – culturelles, naturelles, humaines…

-La Grèce peut-elle toujours être attractive pour un étudiant/travailleur malgré la crise?

L’avenir le dira. L’instabilité politique, la crise économique n’ont rien de rassurant. Toutefois un étudiant ou un travailleur étrangers vivront mieux – je pense – la crise que les Grecs qui sont beaucoup à souffrir énormément au quotidien. Athènes a beaucoup changé, disent les Grecs mais elle reste selon moi une ville attrayante, où il y a beaucoup à faire, à voir, à découvrir.

Pour un étudiant, s’il part dans le cadre d’un stage ou d’une année Erasmus, il y a un encadrement justement ; il ne doit pas être effrayé par la situation du pays mais avoir conscience que ce dernier vit des années difficiles. Les étudiants Erasmus que j’ai connus se sont beaucoup plu à Athènes. Une association étudiante leur proposait de nombreux voyages, de nombreuses sorties à des prix attrayants. Des coins comme Gazi, Exarchia plaisent, bougent bien et sont supers pour les étudiants, les jeunes… Et les moins jeunes finalement !

Pour un travailleur, s’il a une opportunité intéressante – genre VI, il vivra sûrement bien voire très bien. Des Français venus vivre ou travailler en Grèce que je connais, tous vivent très bien.

S’y installer définitivement est peut-être moins simple mais c’est une autre question…

-L’apprentissage du grec, possible ou insurmontable?

Possible complètement ! Et absolument ! Je suis loin de le parler correctement mais je puis assurer que la langue peut s’apprendre rapidement pour qui est motivé et assidu. On retrouve dans le grec nombre de sonorités d’autres langues et c’est très marrant à apprendre. L’alphabet s’apprend en quelques heures.

Je ne peux que recommander les cours Erasmus de l’université de Zografou. Les cours étaient passionnants, les professeurs très dynamiques et l’apprentissage de la langue n’a été que du plaisir, à raison de 15h par semaine. J’y ai obtenu un diplôme A1 et la possibilité de suivre des cours de niveau A2. Bon ce n’est pas énorme mais si j’avais poursuivi, je suis persuadée que j’aurais pu tenir des petites conversations.

Ce n’est pas une langue aussi facile que les langues latines pour nous Français mais avec de la motivation et beaucoup d’implication, on l’apprend.

-Pourriez-vous nous décrire un peu votre vie quotidienne en Grèce?

J’habitais dans le quartier de Kato Patissia, un quartier populaire, mal famé selon beaucoup de Grecs mais dans lequel je n’ai jamais eu aucun souci. Les commerçants étaient tous très sympas !

Tous les matins j’allais à l’école. Mon collège était tout au nord d’Athènes près du mont Parnès, un très beau coin à visiter. Je prenais le métro jusqu’à Kifisia, le quartier chic d’Athènes puis j’allais en voiture avec une professeure ou en bus au collège de Thrakomakedones. Je faisais cours – une expérience excellente. J’ai eu des élèves très éveillés, intéressés, curieux. Thrakomakedones est une ville-banlieue assez huppée même si on m’a souvent dit qu’ici aussi les gens vivent la crise… Ce n’était pas très voyant.

Mes horaires étaient très variables. Je commençais mes cours entre 8h et 11h et je pouvais être à la maison à 14h comme vers 17h. Mon quotidien était… un quotidien : l’après-midi cuisine, courses, lessive… Tout ce qui fait le glamour de la vie… Je voyais des amis, je passais du temps avec mes colocs qui ont beaucoup changé – j’ai eu l’occasion de vivre avec des personnes très différentes, de nationalités différentes.

Dans la semaine je donnais aussi des cours privés dans une famille très riche – un vrai contraste pour moi qui habitais dans une rue où vivaient beaucoup d’immigrés en situation précaire quand je me rendais dans cette famille dont la maison était entre le musée de l’Acropole et l’Acropole !

Dès que le beau temps le permettait j’allais à la mer – j’aime beaucoup le quartier de Paleo Faliro, j’ai aussi fait toute l’année du Couchsurfing, j’allais régulièrement à l’IFA (l’Institut Français d’Athènes) pour lire, rencontrer des amis. J’allais au cinéma – les films sont en toujours en VO, dans des bars, dans des rébétika, visiter des musées, me promener et puis le weekend je voyageais. Dans le Péloponnèse, au nord du pays, dans les îles. Avec une amie nous avons eu un coup de coeur pour Xios vers la Turquie et Rhodes !

-Quelques conseils pour quelqu’un qui pourrait être intéressé par l’aventure?

Foncez ! Tous les Français que je connais ont vécu, vivent très bien à Athènes !

Je suis personnellement contente que l’expérience soit finie mais c’est une sensation très personnelle ; j’étais fatiguée de passer quotidiennement plus de 3-4h dans les transports, j’ai trouvé la ville jour après jour de plus en plus sale et triste. Néanmoins je suis très contente d’y avoir vécu une année. Des conseils… Je ne sais pas trop. Apprendre un peu de grec, aller à la rencontre des gens, prendre au sérieux la situation que vivent les Grecs mais se laisser aller dès qu’il y a une fête, un moment décontracté… Se donner du temps : la Grèce ne s’apprivoise pas si facilement.

 

Merci à Pauline pour ses réponses !

Vous aussi rêvez de partir en Grèce ou vous êtes déjà expatrié en Grèce? Commentez ici !

Grèce

Un commentaire

  1. Salut,
    Je suis allé en Grèce, a Athènes il y a deux ans. C’est une ville magnifique. Parcontre je sui tombé en pleine manifestation grecque et c’est assez impressionnant, mais on ne se sent pas en insécurité pour autant. Je conseille vivement cette ville. J’y ai rencontré pas mal de jeunes français. Une très bonne ambiance y règnais
    Blog Voyages Articles récents…Visiter DubaiMy Profile

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Generation Voyage
Revenir en haut de la page