Accueil » Carnet de voyage » Expériences Personnelles » Comment j’ai voyagé 2 mois et demi en Asie en ayant travaillé seulement 3 mois en Australie.
Assurance Working Holidays - Assurance Fille au Pair - Assurance Vol - Assurance Annulation

Comment j’ai voyagé 2 mois et demi en Asie en ayant travaillé seulement 3 mois en Australie.



L’Australie : l’eldorado des jeunes

Le Working Holiday Visa en Australie permet à quiconque de pouvoir travailler le temps qu’il souhaite pour ensuite partir en vacances ou partir travailler dans un autre endroit. Sans jamais laisser de préavis ou sans jamais remplir une condition d’un quelconque contrat.

Partir en Australie pour moi c’était ça : travailler un peu, le temps de gagner assez d’argent, pour ensuite partir voyager dans un autre coin de l’Australie et recommencer à travailler dans un nouvel endroit …
Sauf qu’en Juin 2012, j’ai décidé que j’allais travailler assez longtemps pour engranger l’argent nécessaire pour tenir jusqu’à l’arrivée de mes amis en Australie, en décembre 2012.

Vegetables picking

J’ai donc travaillé dans une ferme pendant 3 mois, en ayant pour objectif de mettre de l’argent de côté. Chaque semaine, je recevais 900 AUD$. En enlevant mes charges de logement, d’essence, de nourriture, et d’argent pour les soirées, il me restait chaque semaine entre 650 et 700 AUD$ à mettre au chaud.

J’ai arrêté de travailler dans cette ferme au début du mois de septembre car ma mère me rendait visite. Si je calcule tout l’argent mis de côté + 650 AUD$ que j’ai obtenu de mon « Tax back » (vous pouvez récupérer des taxes sur vos salaires chaque année à partir de juillet) + 600 AUD$ d’apport de mon père, j’avais sur mon compte début septembre 7 500 AUD$. Une somme conséquente si on sait la gérer sans la dilapider.

Départ pour l’Asie

C’est en trouvant un guide sur le Vietnam que me vient l’idée de partir en Asie. En me renseignant, je me rends vite compte que je dépenserais moins en Asie qu’en restant en Australie les 3 mois qu’il me reste à patienter. En plus, je ne connaissais pas l’Asie, alors c’était une excellente occasion de découvrir cette région.

Temple de Cao Dai, Vietnam

Le 10 octobre 2012 je décolle pour Ho Chi Minh City. J’ai pour projet de me rendre au Vietnam, donc, ainsi qu’au Laos et au Cambdoge. Mais à peine arrivé sur place, tout s’accélère : un ami de Paris m’indique qu’il sera aux Philippines fin novembre, puis mes amis, censés me rejoindre en Australie en décembre, me proposent d’aller en Thaïlande mi-décembre. Je me suis dit que c’était le destin qui jouait en ma faveur. Je réserve tous mes vols. J’oublie le Laos (malheureusement) et me concentre donc sur 4 pays : Le Vietnam, le Cambodge, les Philippines et la Thaïlande. Que des pays d’Asie du Sud-Est, assez proches les uns des autres.

L’un des plus beau voyage de ma vie (ou le plus beau) !

Jamais je n’aurais pensé me rendre en Asie à ce moment, et jamais je n’aurais pensé y aller seul. Mais je n’ai rien regretté. Les activités en Australie coûtant chères, je n’aurais pas pu autant me faire plaisir qu’en visitant les sites du Vietnam, les temples d’Angkor au Cambodge, les îles des Philippines, et les plages et îles paradisiaques de la Thaïlande. J’ai toujours mangé au restaurant (ou plutôt dans la rue, dans des boui-bouis etc …), la nourriture y est très peu chère mais très bonne (parfois épicée 😉 ).

Moto trip aux Philippines

Les gens sont géniaux, très différents des occidentaux …

Je me suis parfois senti seul, mais on trouve toujours des gens avec qui faire un bout de chemin.

Bref, si vous vous posez vous-même la question d’aller en Asie ou non, n’hésitez plus.

En ce moment où j’écris, je suis à Melbourne, il me reste 50 AUD$ sur mon compte australien. Je vais devoir taper dans mes réserves françaises le temps de m’installer ici et de trouver un emploi (cette fois-ci à long terme), mais c’est pas grave … J’ai bien profité de mon trip en Asie !

Australie Cambodge Thaïlande Viêtnam

5 commentaires

  1. Salut Florian,

    Ça donne vraiment envie de partir quelques mois pour travailler et visiter le pays en même temps !

    J’ai justement rencontré un français récemment qui est parti avec un visa working holiday.

    Il m’a dit que contrairement à pas mal de personnes qui font du « fruit picking », il était beaucoup plus facile de rentabiliser son séjour en restant dans les grandes villes pour travailler dans la restauration.

    As-tu des retours à ce sujet ?

    ++ Jérôme
    JeromeBKK Articles récents…Comment rejoindre le centre ville de Bangkok depuis l’aéroport ?My Profile

    • Salut Jerome,

      Eh bien je vais te donner mon avis là dessus : il faut savoir que les villes c’est cher pour y vivre (je veux dire, tu dépenseras plus en restant en ville que dans des petites villes perdues pour faire du picking, car tu es tenté de sortir, d’aller manger dehors etc …). De plus, il y a énormément de gens qui tentent leur chance dans les villes pour travailler dans la restauration, les hôtels et autres, et donc tu peux avoir plus de mal à trouver un emploi, mais tu peux toujours trouver quelque chose de toute façon …

      Si tu veux te faire de l’argent, pour moi, le mieux c’est d’aller trois ou quatre mois dans les fermes, et de bosser. Si tu fais 5 ou 6 jours par semaine, tu gagneras beaucoup d’argent rapidement, et tu n’auras pas trop de frais (logement + nourriture + un peu pour sortir).

      Après, c’est sûr, les avis divergent, et tu peux trouver du boulot partout en Australie, dans les villes ou non, et pour un bon salaire ou non. Ce que j’ai fais me paraît pas mal du tout, malgré que parfois travailler dans une ferme est assez dur et long (pour ne pas dire chiant^^).

      Dans le cas où tu veux travailler plus de 6 mois dans les fermes, l’avantage est que les fermes sont toutes l’unes à côté des autres, donc changer de ferme sera très simple. Alors que retrouver un emploi, après avoir travaillé 6 mois chez le même employeur n’est pas forcément plus simple …

      • Merci pour ton retour Florian,

        Effectivement tu mets le doigt là où çà fait mal.

        La personne dont je parle m’a fait comprendre que le travail en dehors des villes était assez pénible et que les patrons étaient pas très commodes.

        Après comme tu dis les avis divergent … chacun optera pour ce qui lui convient le mieux 😉

        ++
        JeromeBKK Articles récents…Le marché de Chatuchak à BangkokMy Profile

  2. Salut !
    Je viens de te lire et ton expérience me plait énormément. Et la je tombe je tombe sur ce site! Mais j’aurais 2 questions à te poser si cela ne te dérange pas.
    Comment trouver les fermes ou travailler ?
    Et pour l’anglais, est ce faisable de faire sans et d’apprendre sur place ?

    Merci et en espérant te lire à nouveau. 🙂

    • Salut Kevin,
      Merci à toi, tes questions sont les bienvenues et j’y réponds avec plaisir.
      Tout d’abord l’anglais. Tu peux très bien y arriver sur place à une seule condition : parler. Alors évite de traîner qu’avec des français, et essaies de discuter avec des anglophones à la première occasion (même pour dire n’importe quoi, la météo, ce que tu ressens, etc …). Les gens te reprendront et ça t’aideras. Par contre, avant de partir, fais toi quelques films ou séries en sous-titrés français, voire sous-titrés anglais. Ne serait-ce que pour t’habituer l’oreille à la langue.

      Pour le boulot, en effet, tu dois te tourner vers les fermes. A ton arrivée en Australie, demande des les backpackers ou les offices du tourisme le Harvest Guide, le guide des récoltes. Tu verras ainsi où aller et à quelle période. Mais attention, appelle avant d’y aller. Même si il y a énormément de gens comme toi qui vont en Australie, il y a du travail pour tous, il faut juste être patient.

      Plus tôt, j’ai dis que tu devais éviter les français pour la langue, mais il faut quand même en connaître car ils t’aideront et t’en aideras d’autres par la suite.

      Si tu as d’autres questions, n’hésites pas.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Assurance Voyage d'Etudier-Voyager.fr !
Revenir en haut de la page